rheingau

Katsuyama, Ken, Junmai-Ginjō

C'est un saké que le maître brasseur de la 11ème génération a mis au point de manière à accompagner les cuisines japonaise et occidentale, à une époque où le concept de "saké pendant le repas" n'existait pas. Ce Junmai-Ginjō qui a traversé 2 générations, se reconnaît à son odeur raffinée proche du melon et à sa facilité à le boire. Lisse en bouche, jusqu'à ce que se déploie un très beau bouquet. Moyennement corsé. Primé meilleur Junmai-Ginjō 2 ans d'affilée dans sa catégorie par le plus grand jury de dégustation du Japon et du monde à la "SAKE COMPETITION" qui détermine les meilleurs sakés du Japon !

Hiwata, Yamahai Junmai

La fabrication de type Yamahai qui fait se former des acides lactiques par l'introduction de ferments naturels dans le liquide (ou levures) qui constitue la base du saké, a tendance à produire une qualité dense. De nombreux clients ont le sentiment que le saké ainsi obtenu est lourd et difficile à boire. Cette marque Hiwata fabriquée uniquement avec cette méthode, vient balayer ces craintes. L'équilibre du corps est réussi avec la saveur douce du riz qui se répand après une mise en bouche légère et est relevée par une acidité plaisante. Comme la saveur ne se dissipe pas et reste bien prononcée, qu'elle ne se relâche pas même au bout de plusieurs verres, vous continuerez à en boire presque involontairement.

Emishiki, Kijoshu, Mousson

De par le design des bouteilles et des étiquettes, la maison affirme sa résolution de créer une ère nouvelle pour le saké. C’est sans exagération qu’on dira que le Kijoshu (saké spécial où une partie de l’eau de brassage traditionnelle est remplacée par du saké), le produit phare de la maison Emishiki, est un chef d’œuvre d’une douceur limpide aux parfums riches de vanille et de chocolat. La richesse qui se répand en bouche se développe élégamment et satisfera les papilles des amateurs, de l’attaque à l’arrière-goût.